top of page
Rechercher

Les mesures annoncées contre la crise du logement en 2023 déçoivent

Forte restriction du prêt à taux zéro (PTZ), la fin du dispositif Pinel d'investissement locatif, des aides à la location et un soutien à la construction par le rachat de logements aux promoteurs par Action logement et la Caisse des dépôts. Elisabeth Borne, Première ministre, a dévoilé lundi 5 juin le plan du gouvernement pour faire face à la crise du logement de 2023.


« Il n'y a pas de mesure magique »


Ces décisions ont été présentées lors d'une réunion du Conseil national de la refondation (CNR) à la Maison de l'architecture à Paris.

Cependant, la Première ministre a prévenu qu'aucune mesure isolée ne pourrait résoudre la situation. Elle a également proposé d'étudier le recours au droit de préemption par les collectivités pour contrer la spéculation foncière.

Un autre aspect abordé concerne la révision de la fiscalité des locations, notamment des meublés touristiques, qui sont accusés d'aggraver la crise du logement dans tout le pays. Ce dossier sera examiné dans le cadre du prochain projet de loi de finances.


Un plan jugé imprécis


Ces mesures, élaborées dans le cadre du CNR, étaient censées marquer une nouvelle méthode de concertation entre les citoyens et la décision politique. Toutefois, certains acteurs du secteur ont exprimé leur déception face à ce plan jugé minimaliste et imprécis.


La construction neuve est en chute libre, la location est entravée et le mal-logement touche près de 4,1 millions de personnes en France. Le nombre de demandeurs de logements sociaux atteint un niveau record de 2,42 millions de ménages, tandis que le nombre de personnes sans domicile fixe a augmenté pour atteindre 330 000.


Les objectifs affichés par le gouvernement dans ce plan sont de favoriser l'accession à la propriété et à la location, de soutenir la production et la rénovation de logements sociaux, de relancer la construction et d'amplifier la rénovation énergétique du parc privé. Cependant, aucune mesure radicale telle que l'encadrement des prix du foncier, une proposition forte issue du CNR, n'a été annoncée.


La précarité ne cesse d'augmenter


Les professionnels du secteur ont exprimé leur colère face à ces annonces, considérant que le travail de six mois impliquant deux cents personnes a été réduit à néant. Ils dénoncent le mépris affiché envers tout un secteur. Les organisations patronales, dont la Fnaim, la FFB et le Pôle Habitat, ont publié un communiqué intitulé « tout un secteur méprisé ».


Dans l'état actuel des choses, ce plan ne semble pas être en mesure de répondre aux immenses inquiétudes et aux défis auxquels nous sommes confrontés, a réagi Christophe Robert, directeur général de la Fondation Abbé Pierre et co-animateur du CNR.


L'apport du Groupe Foncier de France contre cette crise du logement en 2023


C'est dans ce contexte délicat que le Groupe Foncier de France tente de mettre sa pierre à l'édifice et de contribuer à l'inclusion sociale. Le dispositif, louez abordable ou location solidaire, propose des avantages aux propriétaires, tout comme le Pinel, mais permet également de loger des personnes dans le besoin. Pour faire simple les associations reconnues d'utilité exprime des besoins afin de loger des personnes dans un secteur précis. Si un propriétaire à un bien qui correspond aux demandes d'une association, il peut faire de l'association la locataire de son logement.


Le propriétaire peut donc bénéficier de réductions d'impôt, de la gratuité des travaux servant à remettre dans l'état initial son logement et d'un loyer garanti.


Vous avez un bien immobilier et ce dispositif vous intéresse ?

Pour plus d'information, appelez-nous au : 01 73 09 78 05.


Comments


Louer mon logement avec le Groupe Foncier de France

Vous êtes propriétaire ?

Louer à une association avec le Groupe Foncier de France

Vous êtes une association ?

  • LinkedIn
  • Instagram
  • Facebook
  • YouTube
  • Twitter
bottom of page